jeudi 17 janvier 2013

Mamy Wata : l’Aphrodite africaine



Mamy wata est plus exactement reliée à la déesse Isis-Hathor, mais dans l’imaginaire populaire, la déesse de l’amour par excellence est la déesse Aphrodite.

Par conséquent,  nous faisons allusion à Aphrodite pour simplement illustrer cet autre attribut de Mamy Wata, la mère des eaux, qui est aussi, d’une certaine manière, la déesse africaine de l’amour.

En tant que protectrice de la famille, elle contrôle ce sentiment, l’amour, qui permet à ma famille de se consolider.

La déesse de la mer n’est pas seulement la protectrice de la famille, et une mère, ce n’est pas uniquement un être spirituel tout puissant, elle est aussi, à moitié, une femme. Et pas n’importe quelle femme, la sensualité personnifiée.

Mamy wata est belle et sensuelle, les formes bien arrondies, et un déhanché à l’image des ondulations de la mer. De ce fait, elle est très charnelle. En Afrique central, elle est même la protectrice des prostituées.

Notre Aphrodite  africaine aime les belles choses, elle aime les bijoux, les parfums, les étoffes de prix.
Elle est séductrice et est la séduction même, en cote d’ivoire, on l’associe aussi à la femme fatale qui réduit en esclavage les hommes qu’elle séduit, mais aussi à une femme à l’appétit sexuel insatiable.

Mamy Wata est, pour certaine culture notamment en Cote d’ivoire,  une entité qui se met en ménage  avec les hommes qu’elle aime.
Des fois, comme souvent à Abidjan elle fréquente les coins chauds, à la recherche d’aventure facile.

Pour conclure, Mamy wata, est même en matière d’amour, toujours entre deux mondes ; à la fois amour tendre et fidèle, luxure et plaisir charnelle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire